mardi 30 octobre 2012

La loi des séries,

c'est un peu le slogan de ma vie sexuelle ces jours-ci.
La veille ça avait été assez pathétique, du coup j'avais eu besoin d'un peu m'épancher. Et le lendemain (donc hier soir), ardemment besoin de me rattraper. 
Dans ce cas là un mec chaud et pas mal du tout qui traîne sur un tchat de rencontres avec la hantise de devoir se terminer lui-même et hop, le tour est joué. 

Sauf que.

D’habitude je prends un minimum de renseignements auparavant, ce que je croyais avoir fait (photos, intérêt pour moi, amabilité). A mon excitation je suis parti assez rapidement, le mec habitait Neuilly (c'est à dire à l'opposé de la ville, à une bonne demi-heure de métro). 
Sur le trajet, numéros de mobiles échangés, on continue de dialoguer pour se renifler. Lui semble assez curieux de mes trips (je sais jamais quoi répondre à part "improviser" -c'est vrai c'est mon trip, j'y peux rien-). Lui est assez précis sur ce qu'il cherche. J'arrivé à auteur de la station Concorde, j'essaie d'affiner ce que j'aime, lui dis que j'adore embrasser, et puis patatra : 

et c'est le drame

Et ensuite ça s'envenime dans les explications, les stations défilent, je me rapproche de Neuilly, et j'ai de moins en moins envie d'y aller.



Voilà, donc en gros le type il attend que je me pointe pour me dire si il va accepter de m'embrasser sans en avoir envie ou pas. Ça devient franchement glauque, le mec est vraiment pas mal mais c'est pas non plus la bombasse de l'année, et je sens de plus en plus qu'on est pas dans le même trip.

Je descends du wagon à la station Etoile, réfléchis un moment, remarque que ses réponses s'espacent, et décide de faire demi-tour. 
Là forcément, frustration oblige, ça part gentiment en vrille...



Fort heureusement la soirée sera sauvée (grindr est ton ami), et se terminera en apotéose dans un des apparts donnant sur la rue Ste Croix de la Bretonnerie.

La leçon à la con du jour, c'est évidemment de m'assurer de l'essentiel vis-à-vis de mon partenaire avant d'écouter que ma bite...

Et surtout d'être plus à l'écoute de mes impressions lorsque je dialogue. 

Car comme souvent, en étant attentif aux réponses, à la manière de répondre, on peut se douter de la compatibilité du partenaire avec soi. 
Et par là même, éviter de se déplacer pour rien.



1 commentaire:

  1. J'ai une drôle impression de déjà-vu... En tout cas, je te comprends moi c'est pareil, si pas de bisous, c'est mort !

    RépondreSupprimer