vendredi 21 septembre 2012

Retour aux virages de Chamagnieu

que j'avais découvert au mois de juillet dernier sur le net, mais si souvenez vous, j étais même allé y faire un tour.

Comme la semaine fut très faible côté mecs (je n'ai même pas pu revoir le mec avec lequel j'avais baisé un peu partout dès que la nuit tombait la dernière fois), je me suis décidé à y retourner (30 mn de trajet quand même, mais la route est jolie).

Toujours pareil, beaucoup de vieux pas nets. Mais un mec pas mal du tout, 29 ans, qui me tourne autour dans le bois derrière l'aire de repos.


On se tourne autour très peu de temps, je m'approche de lui et il a immédiatement un mouvement de recul : 

"- J'ai un peu peur, c'est la première fois".

Du coup ça me calme.
Il est terrifié, il tremble, et je sens tout de suite qu'il n'est pas en situation d'avoir une relation sexuelle, avec qui que ce soit ici. L'idée lui plait, il en aurait envie, mais il est paralysé par la peur.

Je décide alors de lui parler. Sans forcément vouloir parvenir à quelquechose, mais plus par fascination de cette première rencontre pour lui. 

Il a une copine, mais il ressent une attirance pour les mecs depuis quelques années. Au début il croyait que c'était pour se comparer, qu'il enviait leur corps. Mais en fait non, ça le tiraille.
Avant de s'engager avec sa copine et de la marier, il veut en avoir le coeur net, et tenter un truc. Mais il ne sait pas par quoi commencer. il a découvert cet endroit en fouillant sur le net et il vient pour la premiere fois.

Je lui demande si déjà il se sent d'embrasser un garçon... "- Je crois pas".
Et comme je suis moi-même incapable de faire quoi que ce soit avec un garçon sans l'embrasser, je lui ai dit que c'était compromis pour nous deux.

Pourtant il restait, toujours aussi mal à l'aise, et me demandait même qu'on s'éloigne un peu au fond du bois.
J'ai été par le passé dans cet état de frustration; et à part le travail sur soi il n'y a pas grand chose à faire. 

Je lui ai quand même dit que j'allais essayer de tenter quelquechose. Adossé à un arbre, je l'ai pris par la main et l'ai collé contre moi. Je l'ai embrassé dans le cou lentement. Pose mes mains sur ses hanches, sens qu'il est pas forcément super bien foutu...

Il a bandé assez rapidement, mais tenait le haut de son buste assez éloigné de moi. Comme si sa propre érection lui avait fait peur. D'un coup il avait son attirance pour les mecs qui ne faisait plus aucun doute pour lui.
Té-rri-fié. Il m'explique qu'en fait il a peur de sentir une autre odeur que la sienne lorsqu'il rentrera chez lui, où il habite avec sa copine. Compréhensible.

Avant qu'il parte, j'ai hésité un instant à lui donner rendez-vous un autre jour, où à rester discrètement en contact.

Mais non. Trop de boulot. Il est trop loin d'être prêt, et ses premières fois ne lui procureront probablement aucun plaisir sur le moment.

J'ai mis moi même des années à sortir de ma frustration, je n'aurais pas la patience de me replonger dans celle des autres pour leur en faire sortir. Même s'il a déjà 29 ans, et qu'il lui faudra -j'espère- moins de temps que moi pour s’affranchir.

Ceci dit, je plains sa nana...
Ça risque de pas être la joie dans quelques années.




1 commentaire:

  1. Emouvant, ce mec qui se cherche dans la peur...

    RépondreSupprimer