mercredi 12 septembre 2012

Petit retour sur le mec de samedi,

enfin plutôt celui dont je vous parlais samedi, mais que je n'avais pas encore rencontré.

Ce qui a été fait dimanche soir, chez lui, près de la place de la République. Tous les supputations que j'avais faites samedi se sont révélées exactes. Ce mec se comporte comme s'il était mal monté, alors que c'est un des plus gros sexes qu'il m'ait été donné de tenir dans ma main (bon je dis la main, mais j'en ai fait autre chose après).

Habillé, même avec son bermudas en jean assez étroit, ses dimensions hors normes restent insoupçonnables. Et pour cause, lorsque j'ai déballé le tout, il était disposé de la même façon que sur ses photos grindr en maillot de bain (dont j'ai publié une partie samedi), à savoir la queue vers le bas, le tout très aplatit. Oui,un peu comme s'il était complexé.

Le reste est à l'avenant. Là où des autres mecs super bien montés qui ont toutes les dindes à leurs pieds, prêtes à tout, se pavanent et fournissent le service minimum, lui se révèle d'une générosité désarmante au pieu. 

Comme s'il devait (me) prouver quelquechose, comme s'il avait une chance inouïe de coucher avec moi, il donne tout, me complimente (sur mon sexe en plus!) et fait preuve d'une générosité certaine. D'ailleurs ce fut tellement puissant qu'il a joui assez rapidement, sans que je puisse deviner s'il était actif ou passif. Car non, ce n'était pas évident, il était partout à la fois, faisait  des trucs d'actifs (très fan d'anulingus visiblement), mais aussi de passif (cette manière de sucer, ça trompe pas).

Il avait un dîner à 22h30, donc nous ne nous sommes pas beaucoup attardés. Il a dit simplement, sans demander mon accord, qu'on allait se revoir : Il me l'a annoncé. 

J’aime quand on ne me laisse pas le choix. 

J'ai évidemment sauté sur l'occasion, tant l'extase était manifestement réciproque. Signe supplémentaire : il m'envoya un aimable sms alors que j'étais encore au coin de sa rue en train de partir.
Il faut dire que ce ne fut pas simplement sexuel, nous avons quand même passé une bonne demi-heure à boire des bières sur son toit, devant le soleil qui se couchait sur Paris.

Où me mènera cette puissante rencontre ? J'aime l'idée de ne pas le savoir. Pour l'instant nous ne nous sommes pas encore retrouvés, j'ai préféré me retaper un ancien plan cul de février, dont j'étais certain qu'il ne pourrait pas s'empêcher de me baiser.

Mais dimanche soir, plus que la bombe sexuelle, le mec super bien monté, j'ai été excité par celui qui n'était pas conscient des atouts qu'il possédait, et se surpassait pour compenser ce qui ne lui manquait pas.

Je l'ai toujours dit :

Sexuellement, le complexe d'infériorité a du bon.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire