lundi 10 septembre 2012

J'entends la consternation

de beaucoup de mes amis sur ce qu'on appelle la fameuse "mentalité pédé parisienne".
Et dans mes "amis" facebook j'ai un certain Grego Gogo (bon déjà avec ce pseudo vous me direz, il faut pas s'attendre à une flèche), une des master dindes de la Happy Pulse.

Surgonflé aux protéines, il s'occupe aussi de faire le videur des mardis soirs au Spyce (on rigole!). Quand vient l'heure du show le samedi soir, cette gym-queen se grime en nana et monte sur la scène. Grands moments de comédie, où en gardant tout son sérieux (Monsieur ne sourit jamais, ça fait trop fragile), il exécute (dans le sens judiciaire du terme) chorégraphies variées sur talons hauts avec la souplesse d'un parpaing.
J'ai toujours évité de lui parler, ayant gardé un sens somme toute limité du ridicule.

Régulièrement ce mec s'amuse à rendre publique sur son mur facebook les conversations privées qu'il a avec d'autres mecs qui tentent de l'approcher, à l'aide de captures d'écrans de son mobile. Des "amis" facebook il en a 4000, donc autant dire que c'est pas soucis de la préservation de l'anonymat qui l'empêche de dormir...

La dernière en date :





Voilà. Typique le pédé parisien qui se croit irrésistible (au plus fait-il mouiller quelques passives en manque de papa), ne se tape que des minets d'âge borderline, et rabaisse le pauvre mec qui viendra l'aborder, si possible en insistant sur son physique jugé disgracieux par rapport au sien (chacun jugera).

On notera que le plus intéressant n'est pas la mise en scène de notre héros de la gonflette (son "SOS laidophobie j'écoute" est tout au plus pas drôle), mais les commentaires de toutes les dindes, à droite, qui sont celles que je suis bien obligé de devoir côtoyer dans ces soirées. 

Et où qu'on aille à Paris, force est de constater qu'on ne peut éviter ce stéréotype du pédé condescendant, qui fait de la confiance en lui, de l'abaissement de l'autre, et de la bêtise sa morale quotidienne. 
Quand à ses influences à l'écrit, elle se résume à une ou deux obscures références qu'elle tente de faire passer pour un socle de culture générale.

Lorsque ce pédé parisien de base se connecte à facebook pour commenter le statut d'une chef gym-queen comme ce Grego Gogo, ça donne donc ça.
Ou ça :


Et quand ça se présente le mardi soir au Spyce... c'est fier de lui et ça fait sa star, évidemment.

Paris, quoi.




3 commentaires:

  1. C'est le laidron roux la ? l'espece de truc dégueulasse que je ne toucherai pas même un soir de famine !!!!! Ca me donne envie de me foutre de sa gueule

    RépondreSupprimer
  2. Beaking News : La Happy Pulse n'existe plus, ça a été annoncé aujourd'hui.
    Y'en a un qui va devoir prendre sur son temps de muscu pour aller pointer au Pôle Emploi...

    RépondreSupprimer
  3. Le pauvre biquet ... il deviendra peut etre moins con ...

    RépondreSupprimer