mardi 31 juillet 2012

En fait j'y suis allé

à l'endroit dont je vous parlais il y a quelques jours, le fameux virage de Chamagnieu. J'avais oublié de vous faire mon petit débrief..

Le résultat est malheureusement à l'image de ce qu'on peut attendre d'un lieu de drague gay de province. Beaucoup de vieux (quand je dis vieux c'est vieux, on flirt avec la soixantaine quand même), les plus jeunes s'étant réfugier sur grindr et autres gboy. Un seul mec très sex mais qui visiblement ne voulait pas de moi.

Il y a trois virages désaffectés dont deux sont vraiment fréquentés par les homos. Le troisième est le coin des prostituées en fourgonnettes. En fait rien ne se passe dans les deux virages en question. Il faut se déplacer un peu.. 
Les voitures se garent seulement, et certains conducteurs restent à leur volant pour regarder qui sort de son véhicule. 

sur l'aire de repos
 Tout se passe dans le bois adjacent, assez agréable il faut reconnaître. Les lieux de drague gay sont toujours dans de beaux endroits j'ai remarqué : Le Peyrou à Montpellier, le Carrousel du Louvre à Paris, le terre-plein central de la place de la Nation... Là c'est au milieu des arbres. 

l'entrée dans le sous bois
C'est un endroit très fréquenté, même si les plaques d'immatriculation affichaient toutes 38 (Isère). J'y suis resté une heure et demie (oui j'étais très curieux) et j'ai bien vu s'arrêter une vingtaine de voitures.

Manque de bol, le jeune mec qui m'avait fait découvrir l'endroit (qui me dit y aller tous les soirs), y était à peine cinq minutes après mon départ.

Même s'il n'y a pas grand chose à se faire, ça reste quand même très ludique, et on est jamais à l'abri d'une bonne rencontre. 


Dorénavant je sais que je m'ennuierai moins en descendant chez ma mère...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire